facs

Patrimoine ferroviaire

Histoire

Le chemin de fer est issu de diverses évolutions technologiques du 18ème et du 19ème siècle comme le guidage sur des rails en bois, la chaudière à vapeur. L’invention de la locomotive est de Richard Trevithick en 1804. La première fabrique de locomotives est créée par les frères Stephenson en 1823. En France, la première ligne est ouverte entre Andrézieux et St Etienne (Loire) en 1827. Jusqu’en 1845, les ouvertures de lignes de chemin de fer restent peu nombreuses. C’est à cette date que la loi définissant le principe de concessions et de responsabilités des exploitants est votée. En 20 ans, le réseau principal prend forme avec la naissance de grandes compagnies, mais ces principales lignes évitent de nombreuses villes moyennes. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, les seuls moyens de déplacement sont la marche à pied et le cheval. Le chemin de fer est donc d’un grand modernisme et tout le monde, ou presque, veut une ligne de chemin de fer.
En 1865, la loi Migneret autorise les départements et les communes à concéder des lignes de chemin de fer dites d’Intérêt Local. On voit naître une multitude de compagnies plus ou moins bénéficiaires.

En 1879, le Plan Freycinet, du nom du ministre des transports publics, réorganise le réseau des chemins de fer en définissant un programme de lignes dites « secondaires », mais d’Intérêt Général, qui intègrera la plupart des lignes de la loi Migneret au réseau national. Parallèlement ce réseau est concédé aux 7 grandes compagnies (Nord, EST, PO, Midi, AL, PLM et ETAT) qui fusionneront en 1937 dans la SNCF.

En 1880, une nouvelle loi sur les chemins de fer d’Intérêt Local est promulguée, elle autorise :

  • La construction des lignes avec des écartements des rails plus étroits que l’écartement « standard » de 1,435m. Généralement l’écartement de 1m sera utilisé, mais parfois il ne sera que de 0,60m (Loiret, Calvados).
  • La construction des lignes sur la plateforme des routes (sur la chaussée ou en accotement). Ces chemins de fer seront appelés Tramways.
  • La définition du mode de subventionnement par les collectivités de la construction et du déficit de ces nouvelles lignes.

Ces dispositions permettent de fortes économies dans la construction des lignes et l’on voit la construction de nombreux chemins de fer dans les campagnes. En 1920, le réseau des Chemins de Fer Secondaires atteint 23.000 km.

Mais la Première Guerre Mondiale marque un coup d’arrêt dans la construction des chemins de fer. Par la suite l’apparition des voitures, camions et autocars entamera la suprématie des chemins de fer. En 1937, la loi de Coordination répartit les missions de transports entre le chemin de fer et l’autocar, nouveau représentant du modernisme. De nombreuses lignes à faible trafic sont fermées et démantelées. À la veille de la Seconde Guerre Mondiale, le réseau ne comporte plus que 12000 km. Le conflit usera ou détruira les exploitations encore existantes. En 1946, le plan de reconstruction décide de conserver 6000 km, mais les fermetures reprennent à partir de 1954 au point qu’en 1973 il ne reste que 4 réseaux de chemins de fer secondaires et 5 lignes à voie de 1m d’Intérêt Général.

Liste des chemins de fer secondaires

Nous vous présentons dans les pages suivantes une liste la plus exhaustive possible de ces compagnies de chemins de fer secondaires.